On a installé nos petites affaires, deux frigidaires, deux machines à laver, nos tables de nuits côte à côte, nos animaux qui se toisent, nous deux dans un lit, le soir.

On se croise.

On veut habiter ensemble parce que l'on veut du toujours plus, se voir, se serrer dans les bras, découvrir l'autre, et c'est quand il est là, juste à côté de soi, que chacun fait sa petite vie, se croise au détour d'un couloir. 

Avais-je raison d'espérer plus ? ai-je peur d'imaginer notre vie à deux comme une succession de rencontres inpromptues où la passion n'auraient petit à petit plus sa place, cohabiter ?

Faut-il attendre de prendre ses marques, laisser sa chance au couple ?

On me dit que je n'ai pas le droit d'être déjà chiante, que c'est chacun sa vie. Moi je me demande, si c'est vrai que je n'ai pas ce droit-là. Je me demande si pour être en couple, je dois laisser forcément un peu de moi de côté.

Et si après tout c'était moi cette fille chiante ? Devrais-je me renier pour être en couple ? Je me suis demandée si j'étais faîte pour ça. Si la vie en célibat ne me conviendrait pas. Plus de doutes, de peurs, juste soi.

Et puis je n'y ai jamais cru moi à cet amour qui dure, longtemps. Quelques mois tout au plus, mais après, on fait quoi ? La passion s'en va, non ? On s'habitue à l'autre, qui est toujours là, on regarde les autres avec envie, cette étincelle qu'on a plus, on se dit que l'amour vrai doit exister, qu'il doit consister à passer les hauts et les bas ensemble, alors on s'accroche, on se dit que nous, on sera les plus forts. 

Ce serait la facilité de ne pas vivre avec cette pression de perdre de l'autre, ce suspens de quand tout cela prendra t-il fin ? Ce questionnement de quand est-ce qu'il se rendra compte que je suis effectivement trop chiante ?

La vie à deux, c'est décidément pleins de questions...